FaLang translation system by Faboba

A propos de nous

Une intuition originale: le musée pour la culture

Bienvenue au Musée d’Art Chinois et Ethnographique

Partager  
Entrée et expositions temporaires
Ingresso e reception al museo d'Arte Cinese ed Etnografico
Entrée et réception au Musée: Dans le hall des escalier qui portent à la réception, on voit quattre grand tableaux d’ispiration réligieuse qui viennent de Chine. L’entrée est constitué d’un longue tazebao en verre de 26 formelles, lieu privilegié pour les expositions temporaires.
Zone Kayapó
Area del Popolo Kayapò
Les Kayapò sont un petit groupe des indiens de l’Amazonie qui representent les différentes minorités dépositaires d’un vaste vécu des valeurs. Les objets très colorés et spectaculaires, communiquent leur univers et leur propre identité: la peinture colporelle, les mytes des origines, la conscience de posseder une dignité originelle, leur idéale de vie de peuple fort et beau.
La section Afrique
Vetrine dedicate all'Arte Tradizionale Africana
Vitrines dediées à l’art Africaine: Voilà un petit aperçu des objets d’art africaine presents au Musée, qui proviennent de zone de l’Afrique (RDConco, Sierra Leone, Cameroun et Tchad) dans lequelles les Missionnaires Xavériens sont presents depuis des décennies
Espace multi-vision
La rampa con la multivisione sulla Cina
La descente de la rampe est accompagné par des images d’une projection qui propose des images de la Chine ancienne et nouvelle, les arts, les paysages et les gens du passé et du present de cette grande Pays. Des Panneaux explicatifs, minutieux ecrans tactiles et “monitors”, exaltent la fonction didactique et informative propre de chaque musée.
La section Chine
Sezione delle vetrine storiche e  le ceramiche cinesi
L’espace plus étendu du musée accueille le materiel primaire du musée, où se distinguent l’ample anphitéâtre des vitrines de terre cuites et porcelaines chinoises, l’enorme taiji circulaire avec les symboles du Yin et du yang, le grandieuse paravent chinois, le coin du petit bureau de l’homme de lettre chinois, les vitrines dediées à l’art statuaire, le grand Buddha, les tabeaux et la collection de monnaies chinoise.
L'area delle ceramiche Cinesi

Mission : un noble musée missionnaire

Le Musée d'Art Chinois et Ethnographique de Parme est commencé en 1901. Au terme de la grandiose Exposition Universelle de Turin, organisée par l'Italie en 1898, le sénateur Fedele Lampertico de Vicence fit don de quelques objets précieux à Mgr Conforti, évêque de Parme et fondateur de la congrégation des Xavériens. L'Exposition Universelle, durant laquelle furent reproduites grandeur nature, avec leur mobilier et leur aménagement intérieur d’origine, des salles de séjour chinoises, des chambres japonaises et des scènes de vie indienne, éveilla un grand intérêt pour l'Orient, son mode de vie et son art.

Cette Exposition et la donation faite dans le but de faire connaître la Chine ont été à l'origine du musée de Parme. Enrichi par de nouveaux apports réguliers jusqu'aux années 1950 et grâce aux donations qui se sont succédées au fil du temps, la collection se propose d'offrir un panorama du monde artistique chinois. Au cours des années, à cette première collection d'objets d'art et d'ethnographie chinois, sont venus s'ajouter d'autres objets à caractère ethnographique provenant d'autres aires géographiques : Japon, Indonésie, Brésil et Afrique.

L’idée première : un musée pour la culture

L’objectif de Mgr Conforti, lors de la création du musée en 1901, était, en exposant des objets et des productions artistiques et artisanales de différents pays, de fournir la preuve concrète, bien sûr pas unique, mais peut-être la plus significative, de l'engagement des Xavériens dans le domaine de la culture.

Le musée n’est pas monothématique et n’a pas pour but de donner une vision aseptique de reliques du passé. Dans chaque section, nous avons placé quelque chose qui rappelle plus que le passé ou les matèriel artistiques (multivision pour la Chine, guépard pour l’Afrique, vidéo pour les Kayapós), un élément qui souligne la vitalité actuelle, et pousse le visiteur à penser à la réalité actuelle de ces cultures.

Les Xavériens sont actifs et plus universels que jamais ; la Chine est vigoureuse et bienveillante ; les Kayapós sont encore “forts et beaux” et l’Afrique est toujours luxuriante et fascinante.

Personnalité
du Musée



La création d'un musée souligne le désir de s'ouvrir à la connaissance des cultures des peuples qui seront approchés.

Guido Maria Conforti fondateur des Missionnaires Xavériens
  • Guido M. Conforti

    1898 - Ce musée est né en 1901 grâce à Mgr Guido M. Conforti, évêque de Parme, qui avait été ébloui par la beauté de certains objets d’art chinois qui lui avaient été donnés. Pour Mgr Conforti, animé d’une “passion universelle”, le musée devait être un instrument permettant de faire connaître la Chine.

Vase en céramique donné par le senateur Sen. Fedele Lampertico
  • Sen. Fedele Lampertico

    1900 - Au terme de la grandiose Exposition Universelle de Turin, organisée par l'Italie en 1898, le sénateur Fedele Lampertico de Vicence fit don de quelques objets précieux à Mgr Conforti, évêque de Parme et fondateur de la congrégation des Xavériens. Cette Exposition et la donation faite dans le but de faire connaître la Chine ont été à l'origine du musée de Parme. Vase en céramique donnée par le Sénateur F. Lampertico.

Odoardo Manini à sa rentrée de Chine
  • Odoardo Manini

    1902 - Odoardo Manini revient de Chine à cause de la mort de P. Caio Rastelli. Ils étaient les deux premiers qui avaient adérés au dessein de Msgr. Conforti. Il a apporté divers objets qui ont commencé une exposition permanente dans un hall au premier étage de la maison mère.


Premier numéro  de la revue "Fede e Civiltà" (dicembre 1903)
  • Rivista "Fede e Civiltà"

    1903 - Le périodique officiel des Xavériens est conçu, avec le titre "Foi et Civilisation" (1903) qui combine les aspects religieux et culturels du projet de Conforti. Les contenus ont fait connaître la Chine profonde et quotidienne, ses us et coutumes, la société, sa philosophie et sa religiosité. En un mot, il a dévoilé l'étonnement causé par la rencontre des missionnaires avec cette civilisation, inconnue de la plupart.

P. Giovanni Bonardi en robe chinoise
  • P. Giovanni Bonardi

    1911-1936 - En mars 1911, le père Giovanni Bonardi revient de Chine. Avec lui, le musée s'est enrichi de tant d’objets: bronzes, porcelaines, peintures, pièces de monnaie. Avec le nouveau matériel, l'espace dédié à l'exposition et cet arrangement donné par le fondateur et par le père Bonardi a duré jusqu'en 1936 et est resté sous la responsabilité compétente du même p. Bonardi.

auteur du catalogue “ Musée d’Art Chinoise de Parme”, 1965 "Museo d'Arte Cinese di Parma", 1965
  • P. Giuseppe Toscano

    1959-1965 - Après les événements de la guerre et les importants travaux d'expansion de la Maison-Mère, le musée reçut une impulsion décisive et qualifiée sous la direction du père Giuseppe Toscano, surtout de 1963 à 1965. Les objets d'importance historique et artistique ont été rassemblées dans une grande salle qui a constitué le Musée d'Art Chinois. Au cours de ces années, le musée été embelli le musée de plus d'une centaine d’objets, sans lesquelles il n'était pas encore à mesure de tenir un catalogue. Pere Toscano a réussi, et il a publié la première édition de son catalogue "Museo d'Arte Cinese di Parma" (1965).

Le Musée a été installé dans le salon du sous-sol de la Maison Mère à Parme
  • P. Emilio Iurman

    2001-2013 - En 2001, il est devenu directeur du musée P. Emilio Iurman. En raison de nouvelles interventions pour l'habitabilité de la maison mère, les locaux du musée sont concentrés dans le grand hall du sous-sol. Un inventaire numérique et le catalogage de tous les objets du musée est commencé et complété, y compris la riche collection numismatique. En octobre 2010, les travaux de restructuration de rénovation du musée, qui s'achèveront avec l'inauguration du nouveau musée le 1er décembre 2012.